Qui suis-je ?

Cela va faire bientôt 18 ans que je peins. En effet, mes débuts d’artiste ont commencé très tôt. Comme Obélix, je suis tombée dans la peinture toute petite. Mes sujets de prédilection à l’époque étaient des princesse-chevaliers, ma mère et le chien que je n’avais pas. Puis, j’ai voulu pousser mon travail plus loin. J’ai regardé autour de moi, puis je me suis dit que dessiner les gens qui m’entouraient, ça serait chouette.

Aux États-Unis – où j’ai vécu trois ans – je m’étais dit que j’allais pousser encore plus loin mon travail. J’enchaînais alors les cours d’art et les expérimentations, notamment avec la couleur. Mais le portrait restait au coeur de mes travaux. J’en ai d’ailleurs vendu plusieurs à mes amis américains – professeurs ou camarades – qui me demandaient une trace au crayon ou à la peinture de leurs proches.

En vieillissant, j’ai découvert le monde de l’anthropologie et de la recherche. Je me suis passionnée pour l’humain mais surtout ses émotions. Étrangement, les techniques scientifiques se sont révélées plus qu’intéressantes lorsqu’appliquées au travail de recherche autour d’un portrait. Faire parler l’interlocuteur, découvrir ce qu’il attend vraiment et faire exploser les émotions – un combiné des siennes et des miennes – sur le tableau.

Portrait, abstrait… Tout est prétexte pour s’approcher au plus près de la vérité et de l’histoire de chaque personne – ou objet ! – que je choisis de peindre. L’histoire d’un tableau ne se cantonne pas à l’acte même de peindre mais aussi à tout le processus antérieur à la peinture. J’apprends à vous connaître, je devine des émotions, des sensations, des blessures, des joies, et paf ! je les déverse sur la toile.

Alors ? Prêt à se faire tirer le portrait ?